|

La poésie

Walt Whitman jpg

Je chante pour moi-même

Je chante pour moi-même
Au moment où des gens pleurent, crient et meurent
Je chante pour moi-même
Alors que le temps de vivre est court ; celui de maudire est trop long
Je chante pour moi-même
Entre deux espaces de temps, le fait de quelques secondes
Je chante pour moi-même
Sachant que demain je serai différent

Je chante pour te dire
Que tu habites une maison où les murs et les couleurs sont les tiens
Où tes espaces sont définis de tes croyances
Où les portes sont malheureusement fermées
Pour fuir l’inconnaissance
De vivre hors de ses balises

Je chante parce que j’ai le mal de dire et que je cherche à faire
Je chante ton sourire, ta joie, ta vie
Je chante tout ce que l’on ne dit pas.
Je chante pour être de toi

Je chante pour te dire
Que nos frayeurs les plus profondes ne sont-ils pas d’être inutiles
Que la crainte de vivre qu’il en est le plus
Que nous avons phobie d’avoir des qualités sans commune mesure
Avec le nous-mêmes désigné et figé

Je chante pour te dire
Que l’important est notre lumière
Pas nos zones d’ombre qui envahissent nos jours
Nul ne grandit en se dévalorisant
Nul n’apprend en s’ignorant
À être plus petit que l’on est
En acceptant d’être des connus
Même si c’est pour assurer les autres autour de nous
Qui ont peur d’être ce qu’ils sont
Des inconnus

Je chante pour te dire
Que nous devons briller comme les étoiles
Que cette espace est nôtre
Que cela n’est pas donné qu’à quelque un
Que c’est en nous tous !

Je chante pour te dire
Qu’en laissant briller notre moi
Nous donnons inconsciemment aux autres le pouvoir d’être ce qu’ils sont
Si nous nous libérons de nos propres liens
Nous briserons les chaînes des autres
Et notre maison sera pavoisée
De l’univers de chacun.

Louis Létourneau
15 août 2010

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *