|

Pensées d’une autre heure

La pensee

504.- La seule chose de la mort qui vaille,
c’est de nous faire apprécier la vie.

505.- Il n’y a que l’humain qui puisse améliorer le sort de l’humanité. Dieu est mort, il s’est terré, hier !

506.- Prisonnier de ses sentiments,
L’humanité vit ainsi !

Ce que les gens voient dans Versailles

Dans les châteaux d’Espagne, dans les mosquées et dans les temples,
C’est leur volonté d’être un jour divin,
D’être eux-mêmes les maîtres et de dominer.
Mais ce qui est vrai, ce qu’il faut annoncer
C’est d’exprimer que ces objets
Furent et représentent
Le labeur et la souffrance
D’une multitude de gens
Qui furent exploités et dépossédés,
Même de leur mort.

Il faut réécrire l’histoire pour en retenir les vraies conclusions.
Aujourd’hui, elle est une tare qui influence malicieusement
La pensée, sous de faux attraits
Sous de fausses représentations.

Fleurs en pensee
La pensée en fleurs

J’ai dans la tête des milliards d’êtres qui crient

Qui pleurent et qui gémissent.
C’est la seule vérité qui pour moi puisse être.

507.- Je me métamorphose, en autre chose
En une autre forme
Mais je ne sais pas en quoi ?

508.- Derrière des maux, il y a peut-être un bon sens.

509.- “ JE ” construit l’univers humain.

510.- J’ai le cœur rempli d’amour,
La raison pleine de vides.
Et je vis dans une lucarne.

Il faut parler de nous, oublier les diables, les sibylles

les cygnes, les serpents, les épopées et les odes. Remiser les symboles, les roses et les lacs, les miroirs et les navires et prendre les outils pour construire. Il faut aujourd’hui se rendre à notre destination. Croire que nous sommes et formons un tout, une humanité en devenir et non passée. Seul et solidaire¬ment ensemble.

Dénudé du surréaliste, du symbolisme et du romantisme, je suis à l’éveil des grandes constructions, celle de la société du futur. Je suis de ce siècle à la poursuite de la création et mou-rant au fond de cette éternelle solitude, je veux être de relation pour me briser et exister solidairement dans l’humanité.

L’évolution de la forme jusqu’à devenir impraticable oblige de nouvelles pratiques, de nouvelles formes, delà l’importance des différences.

511.- Sainte Oisiveté, mère de mes vices et de mes créations.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *